Japon: Kyoto, capitale de la paix et de la tranquilLité 🇯🇵

KYOTO

La destination de rêve pour tout passionné d’histoire et de culture japonaise. La capitale de la paix et de la tranquillité est-elle vraiment un havre de paix et de sérénité ? Vaut-elle le temps d’y passer une dizaine de jours, à déambuller entre temples et autels ? L’ancienne capitale impériale, avec ses milliers de sanctuaires shinto et ses fabuleux temples bouddhistes, représente le coeur culturel et religieux du pays. Venez vous perdre avec moi dans ses rues ! Et bonne lecture de mon récit à Kyoto

Un article proposé par Nathan STAMPFLI

Créateur de contenu, AIKENA.ch

Le rêve d’un voyage au Japon, dans l’esprit puis par les yeux et à jamais dans mes souvenirs

Tout voyage à un début et une fin. Mais partir en Asie signifie généralement prendre l’avion, patienter de longues heures dans les aéroports, rencontrer parfois des gens aux détour d’un couloir (Comme Morgane Schaller, que j’ai croisé par hasard à l’aéroport de Genève) ou tomber sur des francophones dans l’avion et refaire le monde le temps d’un vol… Mais surtout c’est déjà vivre le voyage une première fois : dans sa tête.

Et c’est là ou mon voyage à commencer à prendre du sens, partir à l’autre bout du monde en solo, avec toute l’anxiété que cela génère, avec tous les doutes que l’on a mais surtout avec une excitation profonde : celle de vivre un moment probablement unique dans notre vie et avoir l’opportunité de rencontrer la personne avec qui l’on va passer notre vie : nous-même.

Quand on part à plusieurs milliers de kilomètres de chez soi, on n’a pas l’opportunité de se fuir, on affronte qui on est. Et quand on déboule dans une ville aussi marquée par la tranquillité et la sérénité, on ne revient pas le même ! Bienvenue à Kyoto, bienvenue dans 12 jours dans ma tête, bienvenue dans 12 jours d’introspection et de contemplation sur ce qu’est pour moi l’essence du voyage; se rencontrer soi-même. 

Organiser son voyage

Personnellement, j’ai toujours préféré assurer mes arrières quand je voyage. Je préfère pré-organiser mon aventure avec une agence de voyage pour m’assurer que tout soit en ordre avant le départ plutôt que de devoir me stresser à régler tout les détails moi-même. C’est dans cet esprit que je contacte la société Kuoni Neuchâtel pour s’occuper de réserver le vol, l’hôtel, les titres de transport ainsi que les déplacements entre l’aéroport et Kyoto.

C’est l’experte en voyage Christelle Lacroix qui a traité mon dossier, si vous souhaitez partir avec Kuoni Neuchâtel (Suisse) en voyage, je vous conseil vivement de faire appel à elle.

Le Vol

Je suis parti avec Emirates dans un vol à destination de Dubaï pour une escale de quatre heures à l’allée, trois au retour, puis j’ai pris un autre avion, toujours avec Emirates de Dubaï à Osaka

L’Hôtel

Mon premier hôtel a été annulé, j’ai finalement été relogé au MIMARU KYOTO KARASUMA OIKE NORTH. Le cadre était super, le personnel de l’Hôtel très accueillant et bienveillant.

Les transports

Comme expliqué par Steph Wenker dans son article sur le Japon, il existe un JAPAN RAIL PASS dont je me suis servi pour aller visiter Osaka et Nara. Je n’en parlerai cependant pas dans cet article destiné à Kyoto. Il existe également le Passmo pour les bus. 

 

Les déambulations d’un rêveur par conviction

Lors de ce voyage, je n’ai que très rarement pris les transports en commun pour la simple et bonne raison que j’ai énormément voyagé par mes pieds. Kyoto est une ville des plus agréables lorsqu’on la visite à la force de nos jambes, au rythme de nos pas et de nos coeurs. On se perd dans son immensité et on la ressent intensément en se laissant suprendre par ses ruelles étroites et ses quartiers plus étendus que ce que notre vue nous permet de distinguer. Au détour d’une rue, on se fait happer par une foule, puis on tombe sur une rue déserte suivi d’une série de ruelle colorées par les lumières des lampes en papier.

J’ai ramené quelques centaines de clichés de ces lieux hors du temps. Une carte interactive est disponible ici pour découvrir les liens vers les photos sur Instagram : La carte de mes photos

Voici donc une sélection des endroits que je vous conseille vivement de visiter. A savoir que Kyoto est devenue, au fil du temps, une destination terriblement touristique. Il y a énormément de visiteurs dans les temples les plus connus. Il est peut-être judicieux de se lever tôt pour découvrir les plus beaux lieux. De plus, le lever du soleil est magnifique sur la ville aux milles temples.

🇯🇵Tō-ji

Tō-ji est un temple bouddhiste très impressionnant. Comme vous le savez sûrement si vous avez lu mon article sur la Norvège, je suis vite subjugué par l’impression de gigantisme que donnent certains lieux. Sa “tour” que l’on nomme pagode (photo ci-dessous) est classée au patrimoine mondial de l’Unesco.  J’ai découvert ce lieu par hasard, je n’avais pas décidé de me rendre sur place. Je déambulais dans les rues quand soudain d’imposantes portes ont surgit à l’horizon. Suivi par la pagode au détour d’une rue. J’ai décidé de foncer voir cet endroit, je venais de tomber sur la tour en bois la plus haute du Japon; par hasard. 

A noter que je suis passé aux alentours de midi du lieu et il n’y avait presque personne sur place. Le lieu est excentré, situé au sud-ouest de la gare de Kyoto. Des Japonais rencontrés sur place m’ont dit qu’il s’agit d’un des endroits les plus impressionnant pour observer les cerisiers en fleurs au printemps (Hanami).

Il y a plusieurs bâtiments à Tō-ji, la pagode est un peu en dehors. L’accès est payant et le prix varie mais reste relativement peu cher. L’endroit était tout de même l’accès le plus onéreux de Kyoto. 

Il s’agit également du lieu dans Kyoto même où j’ai pu prendre le plus de temps avec moi-même. Personne ne nous stress pour prendre des photos ou pour évacuer rapidement les lieux car il y a beaucoup de touristes. S’asseoir sur un banc, contempler l’endroit, d’admirer les petits étangs et les carpes koï qui nageaient par ici et par là: la capitale de la tranquillité et la sérénité commençait à prendre pour moi un sens tout autre. 

🇯🇵Fushimi Inari-taisha

Fushimi Inari-taisha : que dire de ce lieu aux 10’000 torii ? Mise à part qu’il s’agit du plus grand sanctuaire shinto du Japon et que vous pourrez effectuer une randonnée durant entre une ou plusieurs heures, selon votre rythme, sur son magnifique mont boisé.

Les torii, se sont ces fameuses portes oranges que l’on peut apercevoir partout dans les représentations du Japon. Dans les fait, les portes sont financés par des riches hommes d’affaires ou par des sociétés qui inscrivent leurs noms sur les portes. Plus on monte le chemin des torii, plus les portes sont anciennes, abimées et parfois même presque détruites.

Le chemin commence par des sanctuaires terriblement bondés par les touristes. Plus on monte les marches, moins les touristes se font présents. Jusqu’à même parfois disparaitre à quelques mètres du sommet.

Le lieu a cette ambiance mystique, chargée d’histoires. J’ai adoré m’écarter du chemin pour me perdre entre les arbres et découvrir parfois des sanctuaires abandonnés au millieu des arbres. Le plus magique : le bruit. Des animaux inconnus qui hurlent au loin, le vent qui fait plier la cime des arbres, les craquements du bois, le bruit lointain des touristes, mes propres pas qui résonnent le long des chemins, le son des cloches que les visiteurs sonnent dans les sanctuaires… Peut-être que Kyoto mérite effectivement son nom de capitale de la paix et de la tranquillité. J’ai ressenti quelque chose d’indescriptible sur ce mont, une expérience inoubliable, si je dois vous conseiller un seul lieu à Kyoto, c’est bien celui-ci ! Foncez-y ! Le lieu est visitable 24h/24 et 7j/7. 

🇯🇵Kōdai-ji

Kōdai-ji, un temple bouddhiste au pied d’une petite forêt de bambous ou se mélange singes, érables, nature, chemins pédestres et une sérénité des plus fortes. Le lieu est moins fréquenté que son quartier voisin Gion mais il faut s’attendre à une forte affluence de touristes aux heures de pointe de la journée. Armez-vous de patience si vous souhaitez passer quelques instants de calme dans ce lieu. Vous pourrez tout de même y trouver une certaine paix après une marche dans les rues bondées du quartier historique de Kyoto. 

J’ai particulièrement apprécié son pavillon ( à voir en photo ci-dessous). La forêt de bambou est plus calme que celle d’Arashiyama et vous disposez de plusieurs points de vue sur la ville et les alentours dans le parcours proposé. Vous avez également accès à un Bouddha géant et à un musée sur place. 

Un des lieux que j’ai préféré, à découvrir absolument lors de votre passage à Kyoto. 

🇯🇵Yasaka-jinja

L’immense sanctuaire shinto Yasaka-jinja compte parmi les lieux les plus fréquentés de la ville. Il borde le parc de Maruyama, petit endroit de paix à quelques minutes du quartier de Gion. Les célèbres portes ouest, se trouvant au bout de l’avenue de Shijo-dori, et la porte sud, bordant le quartier de Gion, sont de magnifiques et gigantesques oeuvres qui m’ont beaucoup impressionné. 

Ma première longue marche, sous la pluie, jusqu’au sanctuaire a été le point de départ de la fin de mon jetlag. En effet, j’ai eu beaucoup de peine à m’adapter à l’heure japonaise (8h de décalage pendant l’heure d’hiver). J’ai passé les premiers jours très fatigué (et malade mais chut) et ma première journée à marcher une vingtaine de kilomètres était pour explorer cette partie de la ville. 

Je suis parti, sous la pluie, avec mon appareil photo. J’ai arpenté de multiples ruelles pour finalement tomber sur la porte ouest du sanctuaire. C’est comme appelé par le lieu que j’y ai passé plusieurs heures, d’environ 7h du matin à 11h, bien avant l’arrivée des nombreux visiteurs. 

Avant de vous parler du lieu, voici quelques clichés des fameuses portes sud (photo de droite) et ouest (photo de gauche).

Ce qui m’a le plus surpris dans cette partie du voyage, ce ne sont pas les magnifiques sanctuaires que j’ai pu visiter à Yasaka-jinja. Ce qui m’a le plus surpris, c’est ce calme, toujours plus intense. Encore une fois : le bruit. On est a côté d’une des allées les plus fréquentées de Kyoto et pourtant… On entend que le bruit de l’eau qui vient s’écraser en gouttes de pluie sur les arbres, on ne sent que le vent qui fait vibrer les lieux d’une énergie des plus étranges, on entend les claquements des waraji des moines et du personnel des lieux qui se dépêchent de rejoindre leurs places de travail pour la journée. Tout semble figé, attendant la foule de visiteurs qui va suivre. Les cloches sacrées sonnent parfois au loin, des Japonais venant faire leurs prières avant d’aller travailler. Puis on entend des rires, un couple d’étudiant qui se balade le long des chemins pour rejoindre le parc. Tout semble irréel. Je venais de passer quelques jours dans un état pas très agréable et soudain mon voyage prenait un sens un peu plus profond encore. Je me sentais imprégné par ce genre d’ambiance et tout paraissait plus simple. N’est ce pas là une des nombreuses sources de l’aventure ? Découvrir et se laisser surprendre ? A vous de me le dire !

🇯🇵Chōrakuji Temple

Le temple de Chōrakuji était marqué d’une ambiance particulière. Le calme était le mot d’or dans ce lieu où l’on tient énormément au respect des traditions. Au final, j’aurai visité qu’une petite partie des temples de la ville mais je pourrais vous résumer toutes les visites avec une simple réfléxion personnelle : soyez ouvert à ce genre de culture et laissez-vous surprendre. C’est dans les petits détails que vous allez peut-être comprendre les raisons de votre venue dans un lieu en particulier. Ci-dessous, des photos un peu plus “natures” du temple que j’ai adoré photographier “autrement” ! Vous pourrez notamment voir dans ce temple un dragon gardant une fontaine ! Peut-être une carpe koï ayant réussi l’ascension de la rivière jaune ? Qui sait

🇯🇵Imperial Palace

Bienvenue au palais de l’empereur ! Du moins jusqu’à il y a quelques centaines d’années. Kyoto était la capitale du Japon de l’an 794 à 1868 ! C’est donc tout naturellement que l’anciennement nommée Heian-kyō (qui signifie capitale de la paix et de la tranquillité ou capitale tranquille et paisible) possède son propre palais impérial ! Si ça c’est pas la classe ! 

Je n’ai pas beaucoup de choses à vous en montrer, la sécurité était très regardante sur les photographies dans ce somptueux lieu que je vous conseille quand même de visiter !

🇯🇵Gion

Le superbe quartier historique de Gion, où j’ai passé énormément de temps pendant mon séjour, est une des destinations favorites des visiteurs de Kyoto. On peut y croiser notamment des Geisha et des Maiko, personnellement je n’en ai croisé qu’une en me baladant dans les petites rues du quartier. Attention cependant, de nombreuses rues sont désormais protégées, vous ne pouvez notamment plus photographier les ruelles privées sous peine de recevoir une grosse amende. Cependant, les coins “instagrammables” sont toujours accessible pour des photos, ne vous inquiétez pas. 

Beaucoup de touristes aiment s’habiller en Geisha et en costume traditionnel dans ce quartier. 

Je vous conseille vivement de venir découvrir l’allée principale de Gion et ses alentours le matin à l’ouverture des commerces, les rues seront relativement vides. 

Instagram

Réalité

Au coeur du quartier de Gion, vous trouverez également un petit coin de paradis : Seiryu-en .

Je ne m’attendais pas à tomber sur un petit coin de calme au milieu du quartier le plus fréquenté de la ville ! Seiryu-en est un petit étang dans le quartier de Gion, je suis tombé dessus, comme souvent, par hasard et j’y suis resté quelques temps. L’étang est rempli de carpes japonaises, des koï, et l’endroit est très peu fréquenté, l’occasion de se reposer entre deux balades pour vous ! 

Petit fait amusant, beaucoup de couples viennent se faire photographier au bord de l’étang par des photographes pro. Sachant que la carpe Koï est symbole d’amour et de fertilité au Japon, probablement que tout cela est lié ! J’ai pu voir des couples sur le petit pont, entourés de carpes, juste magique !

J’ai croisé également énormément de francophones dans les rues du quartier de Gion, l’occasion pour moi de parler photos et voyages, d’échanger sur nos expériences à Kyoto et sur nos moments vécus au Japon. C’était de manière générale très enrichissant. J’ai pu également me lier d’amitié temporairement avec un photographe Japonais, qui ne comprenait rien à ce que je disais. On a improvisé un petit shooting en attrapant pour l’autre les branches des arbres pour les placer devant nos objectifs, on a beaucoup rit, pas compris grand chose, ce qui prouve comme toujours qu’un sourire à la même signification dans toutes les langues, même au Japon. 

Un exemple des photos réalisées ci-dessous (photo 2 avec le photographe Japonais, l’effet rouge est du à une feuille collée à mon objectif).

De manière générale, les rues de Kyoto prennent une autre dimension au lever et au coucher du soleil ainsi que de nuit. Je n’en ai pas parlé jusqu’à maintenant mais la plupart du temps il fait vraiment nuit à Kyoto. La nuit, presque tout est éteint dans les rues ! Et tout devient presque mystique.

🇯🇵Kiyomizu

Le Kiyomizu-dera est un ensemble de temples bouddhistes et shinto situé au bout du quartier de Gion à l’extrême est de Kyoto. Je n’y suis passé que rapidement car l’immense complexe était en travaux et les foules y étaient très denses. L’occasion quand même de shooter quelques images en profitant de la vue sur Kyoto. Il s’agit d’ailleurs d’un des points les plus culminants sur la ville avec Fushimi-Inari-Taisha. La ville est relativement à plat sur le reste de son territoire.

🇯🇵Kinkaku-ji et Ginkaku-ji 

Steph a fait un rapide passage à Kyoto lors de son dernier passage au Japon, elle a donc écrit une partie de son article sur ces deux lieux que sont Kinkaku-ji et Ginkaku-ji. Je dois vous avouer que c’était les endroits les moins intéressants pour moi à Kyoto. Surpeuplé, c’était compliqué de se déplacer, la sécurité nous forçaient à nous déplacer rapidement pour fluidifier le passage, une vraie déception, la seule vraie déception de ce voyage d’ailleurs ! Il en faut toujours une ! 🙂 Malgré tout, les lieux restent sublimes à regarder même s’il faut se dépêcher de partir.

🇯🇵Heian-jingÅ« 

Au Heian-jingu, j’ai eu la chance d’assister à un grand moment de culture chinoise au coeur du Japon. Des centaines de personnes réalisaient au coeur du temps le Taikyokuken, un grand moment de calme, en musique, c’était très prenant et très inspirant. Le temple en temps que tel est impressionnant et gigantesque ! A découvrir absolument lors de votre retour du Ginkaku-ji, il n’y a qu’une vingtaine de minutes à pied entre les deux endroits.

Conclusion

Kyoto m’a fait passer par tous les états, de l’excitation d’aller au Japon, à la peur d’être seul si loin de chez moi, au sentiment d’être découragé par l’immensité de cette ville de presque 2 millions d’habitants, à la sérénité et à la paix. 

Je pense au final que Kyoto mérite son nom de capitale de la paix et de la tranquillité, non pas par ses temples touristiques mais par ses petits lieux cachés par ici par là, par ses traditions encore ancrées dans le coeur des Japonais, par ses gens avec le coeur sur la main, toujours prêts à aider. Kyoto est à la fois paisible et vibrante de vie. 

Je terminerai cet article par les mêmes réflexions que j’ai pu vous faire sur Instagram. Soyez surpris, explorez, sortez des sentiers battus ! Kyoto prend tout son sens quand on l’explore comme un Japonais, quand on s’aventure dans des bistros de quartier, quand on marche à s’en faire saigner les pieds et qu’on se laisse subjuguer par la beauté des lieux qui composent cette sublime ville. 

N’attendez pas pour voyager et pour vous aussi vous rencontrer vous-même ! A très vite sur AIKENA.

Inscrivez-vous à la newsletter

La carte de nos articles